ActualitésAfriqueSociété *

Ghana: une loi contre la promotion de l’homosexualité crée la polémique

Au Ghana, un texte de loi « pour la promotion des droits sexuels appropriés et des valeurs familiales ghanéennes », présenté comme une manière de protéger l’« identité culturelle » de ce pays très religieux, fait l’objet d’une grosse polémique. Le parlement ghanéen s’apprêtait à examiner ce projet qui selon les députés, vise à restreindre les droits des personnes LGBT+ et à criminaliser leurs défenseurs. 

 

Polémique autour d’une loi controversée criminalisant la promotion de l’homosexualité au Ghana. Selon RFI, le projet de loi, présenté au Parlement début août, veut durcir la législation contre l’homosexualité, déjà interdite, mais jamais condamnée dans les faits. Avec cette nouvelle proposition, les peines seraient plus lourdes : jusqu’à cinq ans pour toute personne qui s’identifie en tant que LGBT+ et jusqu’à dix ans de prison pour leurs défenseurs. La loi prévoit également une « obligation de signalement », ce qui obligerait les gens à informer les autorités des minorités sexuelles et de leurs activités ou risquent d’être en infraction pénale.

LIRE AUSSI: Centrafrique: 10 casques bleus égyptiens blessés dans une attaque de la garde présidentielle

Des confidences d’un militant LGBT+

Davis Mac-Iyallah, militant LGBT+, se souvient encore des violences qu’il a subies dans son pays natal du Nigeria. L’homme de 49 ans, à la barbe grisonnante, a été arrêté et torturé en 2005 pour avoir dénoncé la discrimination contre les personnes LGBT+. À sa sortie de prison, il a fui Abuja pour chercher refuge au Ghana. Il retrouve la même hostilité qu’il a laissée derrière lui. « Si cette loi passe, mes droits fondamentaux seront considérés comme illégaux », s’inquiète le militant LGBT, qui est aussi le directeur de l’ONG ghanéenne de défense de la diversité Interfaith Diversity Network of West Africa (IDNOWA).

LIRE AUSSI: Covid-19 au Ghana: pas plus de deux heures désormais pour les mariages et les funérailles

« J’ai subi des agressions verbales, j’espère et je prie pour qu’on ne me trouve pas et m’agresse physiquement », raconte-t-il à RFI. Pour ce militant, aucun doute, la proposition de loi visant à alourdir des peines pour les homosexuels risque d’ouvrir la porte à l’homophobie, qui se fait déjà sentir au Ghana.

« Des gens ont été traqués, tous ceux qui sont perçus comme étant de la communauté LGBT+. Dans une localité, on a fait venir des chefs traditionnels pour purifier des personnes LGBT+. Ils ont apporté un agneau, versé le sang sur un homme LGBT+. L’homme a été déshabillé devant tout le monde, décrit Davis Mac-Iyallah. Voilà les sortes d’actes inhumains qui se produisent déjà et la loi n’a même pas été adoptée. »

 

Taïrou Cissé

Journaliste, Correspondant Africaxó au Sénégal.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Les africains sont à plus de 95% entièrement anti homosexualité.
    Ils la considèrent comme une abomination (selon leurs croyances religieuses endogènes et/ou étrangères) et constitue donc un danger pour leur propre vie.
    Les pays occidentaux peuvent faire des pressions sur les gouvernants africains qui vont voter des lois pour protéger les homosexuels…
    Mais malgré ces lois, l’homosexuel lui même sait qu’il n’est en sécurité dans aucun pays d’Afrique.
    Point final

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
English English Français Français

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour continuer à lire l'article. Nous utilisons les publicités pour avoir quelques revenus et continuer à vous servir la meilleure de l'information. Merci