ActualitésAfriquePolitique *

Mali: les autorités de transition ouvertes au dialogue malgré les sanctions de la Cédéao

Au Mali, le Colonel Assimi Goita et son gouvernement ont réagi aux sanctions prononcées contre le pays, dimanche 09 janvier 2022 par la Cédéao. Après avoir dénoncé des mesures «illégales et inhumaines», le Chef de la transition a réaffirmé son ouverture au dialogue avec l’institution.

 

La situation semble davantage tendue au Mali. Outre la junte militaire, au pouvoir depuis le coup d’État du 20 août, leur soutien estime que la souveraineté du peuple malien est menacée et appellent à la mobilisation. Dans un communiqué dimanche, les autorités de transition ont dénoncé des sanctions « illégales » et « inhumaines » contre le Mali. Pour le Colonel Assimi Goita et son gouvernement, la Cédéao et l’Uemoa sont même « instrumentalisées par des puissances extra régionales aux desseins inavoués » Comprendre : la France et les pays occidentaux partenaires du Mali.

LIRE AUSSI: Burkina Faso: premières auditions des témoins extérieurs au procès de l’assassinat de Sankara

Appel à une mobilisation générale sur tout le territoire

À l’issue d’un Conseil des ministres extraordinaire ce lundi soir, le gouvernement de transition appelle dans un communiqué l’ensemble de la population à une mobilisation générale sur tout le territoire vendredi 14 janvier, décide l’élaboration d’un « plan de riposte » pour sauvegarder la souveraineté du pays et invite les partenaires sociaux à la trêve « pour faire face aux défis de l’heure ». Ces décisions s’ajoutent aux mesures déjà adoptées par réciprocité – fermeture des frontières aériennes et terrestres avec les pays de la Cédéao et rappel des ambassadeurs dans les pays membres.

LIRE AUSSI: Terrorisme au Bénin: le gouvernement annonce trois projets de modernisation de l’armée 

Assimi Goïta ouvert au dialogue

Malgré les sanctions et les dispositions que la junte militaire au pouvoir entend prendre pour gérer la situation, le chef de la transition s’est cependant, dit ouvert au dialogue avec la Cédéao et l’Uemoa. Toutefois, il appelle les Maliens à la mobilisation générale sur tout le territoire et la Cédéao à une analyse approfondie de la situation. Car juge-t-il, « La complexité de la situation du Mali n’a pas été prise en compte ».

Le regard de la société civile malienne

Les organisations de la société civile au Mali, ne sont pas restées en marge de la situation sociopolitique actuellement en cours dans le pays. Le Front pour l’émergence et le renouveau au Mali (FER-Mali) a clairement affiché son soutien aux autorités de transition en appellant même à la mobilisation. « Le Mali doit se mettre debout. On ne doit pas compter sur les autres. Donc nous, nous soutenons fermement la vision des autorités de la transition. Le Front pour l’émergence et le renouveau au Mali demande une mobilisation générale de tous Maliens et des amis des Maliens sur l’ensemble du territoire national pour soutenir les autorités de la transition et condamner ces sanctions illégales, illégitimes et inhumaines des présidents de la Cédéao », a déclaré Sory Ibrahima Traoré, président du FER-Mali.

Taïrou Cissé

Journaliste, Correspondant Africaxó au Sénégal.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
English English Français Français

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour continuer à lire l'article. Nous utilisons les publicités pour avoir quelques revenus et continuer à vous servir la meilleure de l'information. Merci