ActualitésAfriquePolitique *

Burkina – Faso: ouverture ce lundi du procès des présumés assassins de Thomas Sankara

Au Burkina Faso, le procès sur l’assassinat de l’ancien président Thomas Sankara s’est ouvert ce lundi 11 octobre devant le tribunal militaire de Ouagadougou en présence de 12 des 14 accusés.

 

Le procès inédit sur l’assassinat de Thomas Sankara, père de la révolution burkinabè s’est ouvert ce lundi à 09H10 (TU) en présence de douze des quatorze accusés. Assassiné il y a 34 ans, c’est pour la première fois que la justice se penche sur cette affaire restée tabou sous les 27 ans de gouvernance du régime déchu en 2014.

En effet, ce procès est censé faire la lumière sur le rôle joué par chacun des présumés assassins et le commanditaire de l’assassinat. A Ouagadougou, un dispositif exceptionnel a été déployé pour sécuriser le tribunal militaire.

LIRE AUSSI: Assassinat de Thomas Sankara: la France transmet des documents déclassifiés au Burkina Faso

Blaise Compaoré, grand absent!

Principal accusé du procès, l’ancien président Blaise Compaoré qui avait pris le pouvoir le 15 octobre 1987 après l’assassinat de Thomas Sankara ne se rendra pas aux audiences. Dans un communiqué rendu public la semaine dernière, les avocats de l’ancien dirigeant ont dénoncé un « procès expéditif devant une cour d’exception« . Après avoir obtenu la nationalité ivoirienne, Blaise Compaoré n’est plus contraint de répondre à la justice de son pays.

Des associations de la société civile et des défenseurs de droits humains ont appelé le président ivoirien, Alassane Ouattara a l’extradé dans son pays afin que la vérité triomphe dans cette affaire vieille de 34 ans.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
English English Français Français

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour continuer à lire l'article. Nous utilisons les publicités pour avoir quelques revenus et continuer à vous servir la meilleure de l'information. Merci