AfriqueSécurité *

Libye : La conférence internationale sur la paix se tient ce dimanche à Berlin

Par Abdoul Kayode

La conférence internationale sur la paix en Libye se tient ce dimanche 19 janvier 2020 à Berlin sous l’égide des Nations unies. Elle entre dans le cadre de la fragile trêve engagée sur le terrain depuis une semaine déjà, et va permettre aux acteurs de consolider le cessez-le-feu en vigueur depuis le 12 janvier dernier.

Organisée par l’Allemagne pour se tenir à Berlin ce dimanche 19 janvier 2020, la conférence internationale sur la paix en lybie réunira plusieurs élites. Le chef du Gouvernement d’union nationale (Gna), Fayez al- Sarraj, le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est Libyen, et les principaux acteurs internationaux de la crise en Libye seront réunis à Berlin ce dimanche. Ceci, pour oser de mettre fin à un conflit qui ravage le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

En effet, après l’échec des discussions qui se sont tenues au début de la semaine en Russie, l’ONU, compte aller plus loin dans les négociations à travers ses actions en vue de trouver un consensus cette fois à Berlin. Notamment, en actant une séparation des deux camps rivaux, le repositionnement des armes lourdes, la réunification des institutions, le partage des ressources, entre autres afin d’aboutir à un probable accord durable entre les parties. Une rencontre qui vient à point nommé enrayer les différends et trouver un terrain d’entente pour le maintien de l’ordre et la paix en Libye. Pour l’analyste Jalel Harchaoui, «ce sommet représente une réelle opportunité pour mettre en œuvre tous les instruments diplomatiques disponibles pour enrayer le conflit», a t-il estimé. Un des objectifs majeurs de ce sommet, est de mettre fin aux ingérences étrangères qui sont sans précédent en Libye. « la Libye a besoin que toutes les ingérences étrangères cessent», a affirmé , Ghassam Salamé.

À ce stade, chacun doit prendre ses responsabilités. Ainsi, à quelques heures de la Conférence de Berlin, les deux camps rivaux de ce pays se sont livrés à une course contre la montre pour réaliser une supériorité sur le terrain. Chaque partie cherchant à renforcer ses positions pour augmenter la pression sur l’adversaire avant la phase de négociations. Le jeu entre les partis libyens est périlleux et menace de saper quatre mois d’efforts allemands pour faire aboutir la Conférence de Berlin.

Résistance entre les parties avant le sommet

Malgré la participation du président turc à cette conférence, Ankara a accéléré le transfert de mercenaires syriens en Libye. A cet effet, Le maréchal Haftar refuse pour l’instant de faire reculer ses troupes postées aux portes de Tripoli, alors que Fayez el-Sarraj réclame le déploiement d’une force internationale pour protéger la population civile libyenne des bombardements. De son côté, le camp de Khalifa Haftar soutenu lui par les Émirats arabes unis et l’Égypte a décidé d’occuper des terminaux pétroliers dans l’est du pays. Et même, Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, 3 660 Syriens sont déjà dans le pays pour soutenir Fayez el-Sarraj, le chef du gouvernement de Tripoli. Des munitions et des véhicules blindés turcs ont également été livrés hier samedi.

Les raisons de l’implication du Berlin

En 2011, l’Allemagne, en s’abstenant au Conseil de sécurité de l’ONU lors du vote sur une intervention militaire en Libye, avait brisé un tabou. Pour la première fois, Berlin se désolidarisait de ses partenaires occidentaux et était sévèrement critiqué. Le processus de Berlin mis en place l’été dernier peut aussi être perçu comme une conséquence de cette abstention. L’Allemagne n’a pas participé à cette intervention, n’a pas de passé colonial en Libye et n’a soutenu activement aucun Camp. A plus forte raison, il peut donc jouer la carte du médiateur neutre et aussi prouver par-là, à l’heure où il se délite, que le multilatéralisme peut encore fonctionner. Le rôle de la Libye pour les flux migratoires explique aussi l’intérêt de Berlin ces dernières années pour ce pays. Toutefois le but de ce sommet, est qu’il débouche sur un processus durable et suivi des accords entre les rivaux en Libye.

Africaxó

Média Panafricain d'Informations générales, d'Analyses, d'Investigations et d'Annonces

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
English English Français Français

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour continuer à lire l'article. Nous utilisons les publicités pour avoir quelques revenus et continuer à vous servir la meilleure de l'information. Merci